FANDOM


Bandeau-fete-transition

Informations

Période : Première lune astrale (Janvier)

Lieu de l’événement : Ul'dah, Gridania ou Limsa Lominsa

Ce que l'on raconte

Si en Orient, le passage à la nouvelle année est placé sous le signe d'un animal, ici, on choisit une divinité parmi les Douze afin qu'elle mène le peuple vers le bonheur et la prospérité pour les douze lunes à venir. Cette fois, c'est au tour de Rhalgr le Destructeur. De ce que j'ai pu en apprendre sur son compte, il serait dieu de la destruction, mais aussi seigneur des corps célestes. Le panthéon éorzéen est fascinant je dois dire.
Lieutenant des coqs - Année du Coq (2017)
La fête de la transition marque la période lors de laquelle les Douze se réunissent pour déterminer celui d'entre eux qui assurera la garde lors de l'année à venir. D'après les Oracles, ce nouvel an sera sous l'égide de Nophica, une annonce qui est sans nul doute accueillie avec joie à Gridania, où la Mère est révérée comme déesse tutélaire.

Toutefois, ce que nos chers lecteurs ne savent peut-être pas, c'est qu'en Orient, on désigne un animal comme symbole de la nouvelle année lors de la fête de la transition, et il semble que cette fois, c'est le cheval qui est à l'honneur. Les Éorzéens connaissant peu cette créature exotique, je me suis renseigné auprès de notre spécialiste du vivant, la naturaliste Marcette, et elle me l'a décrit ainsi : "le cheval est une bête quadrupède et herbivore, au long cou et à la tête étroite, qui se distingue par une longue crinière sur la nuque mais peu de poils sur le reste du corps. À cette laide apparence s'ajoute un tempérament fougueux et une intelligence quasi inexistante". On est tout à fait en droit de se demander pourquoi un tel animal est choisi comme symbole de l'année, mais ce qui est encore plus difficile à comprendre, c'est qu'un groupe de gens ait fait tout le chemin depuis l'Orient pour promouvoir ces chevaux comme montures chez nous, et qui plus est, ils sont affublés de casques à l'effigie de cette créature des plus étranges.

Naturellement, nous avons déjà en Éorzéa une magnifique monture, le chocobo, et cette campagne publicitaire chevaline n'est pas sans agacer le syndicat des convoyeurs-chocobos. Il y a fort à craindre que d'un côté comme de l'autre, les gens finissent par monter sur leurs grands chevaux, ou leurs grands chocobos, et que les célébrations de la fête de la transition n'en pâtissent.

Oliver Goodfellow, rédacteur en chef du journal "Le Corbeau" - Année du Cheval (2014)

Illustrations